Interview GSB: Julia Pallé, directrice du développement durable de la Formule E

La Formule E, la série de courses tout-EV, est un foyer d'innovation en mobilité électrique. C’est pourquoi GreenSportsBlog attend toujours avec impatience notre conversation annuelle d’aperçu de la saison avec la directrice du développement durable Julia Pallé.

Et tandis que nous avons parlé de 2021, discutant à la fois de la Formule E et de sa nouvelle série tout-terrain Extreme E, nous avons également jeté un coup d'œil sur la saison 2020 impactée par COVID, y compris le redémarrage dans la bulle allemande.

GreenSportsBlog: Julia, avant d'arriver à 2021, parlons de 2020 impacté par COVID de la Formule E. À quoi ressemblait le redémarrage?

Julia Pallé: Lew, c'était certainement intense.

Nous avons fait six courses – en trois doubles – pendant neuf jours en un seul endroit sur trois pistes différentes à Templehof, l'ancien aéroport de Berlin.

L'approche était, comme pour tous les autres sports, d'être sans COVID. Pas de spectateurs. Il y avait un personnel très limité sur place. L'ensemble de l'opération a été réduit – normalement, nous avons environ 40 000 personnes à une course, dont 5 000 employés sur place. Comparez cela aux 1 000 que nous avions dans la bulle et vous verrez la différence.


post image
Julia Pallé (Crédit photo: Formule E)

GSB: Absolument! À quoi ressemblait le régime de test COVID?

Julia: Des tests ont été effectués tous les jours. Il n'y avait pas de mixage entre les équipes, les dîners étaient organisés de manière très sûre. Il y a eu très peu de cas positifs et ils ne sont apparus qu'à l'arrivée.

GSB: C’est une excellente nouvelle, Julia. Comment la durabilité s'est-elle intégrée au mélange de la bulle?

Julia: Eh bien, nous avons dû nous adapter car nous n’avions pas de fans. La Formule E a fait un gros don d'EPI de plus de 110 000 articles après l'événement avec le soutien de BMWi – gants, gels et masques. Il y avait une pénurie de masques dans certaines régions d'Europe à l'époque. Nous étions donc heureux de pouvoir soutenir la communauté berlinoise locale, y compris les hôpitaux, les centres de santé et les écoles, pendant une période de grande tragédie.


post image
Antonio Félix da Costa du Portugal après avoir remporté le championnat de Formule E de la saison 2020 (Crédit photo: Formule E)

GSB: C'est bon à entendre. Quels sont les projets de la Formule E pour 2021? Les fans seront-ils autorisés?

Julia: La saison 2021 devrait débuter en janvier à Santiago du Chili. La question des spectateurs en personne reste à déterminer. Comme vous pouvez l'imaginer, nous avons les plans B, C et D, en fonction de la situation sur le terrain.

GSB: Comment vont les choses COVID au Chili?

Julia: Ils vont bien, nous surveillons la situation. Après Santiago, nous allons à Mexico. Ils ont là une immense tribune, le Foro Del Sol. C’est un cadre formidable et ce serait dommage si les fans ne pouvaient pas venir. Ensuite, c’est à Riyad, en Arabie saoudite.

GSB: Il va sans dire que j'espère que le virus est suffisamment sous contrôle pour que les fans puissent venir en toute sécurité aux courses de Formule E. Mettre COVID de côté – pas facile à faire, je sais – à quelles innovations les fans peuvent-ils s'attendre en 2021, en termes d'environnement et autrement?

Julia: Comme vous le savez, Lew, l'innovation est au cœur de ce que nous faisons. Cela peut sembler un peu cliché, mais la Formule E innove pour rendre le monde meilleur. Notre nouveau Chargé positivement la campagne reflète cela. C'est un programme qui met l'accent sur les trois phases de l'ESG – environnement, social et gouvernance. La diversité et l'inclusion joueront certainement un rôle important.

GSB: Chargé positivement…aime le nom. Quelles sont les spécificités des efforts ESG de la Formule E?

Julia: Bien sûr. Sur le «G» ou la gouvernance, ainsi que sur les perspectives de diversité et d'inclusion, la Formule E est forte sur le plan organisationnel. Il y a plus de femmes que d'hommes au niveau C.

Mais nous avons dû faire face aux faits: nos pilotes sont principalement jeunes, blancs et riches. Il n'y a pas de femmes conducteurs et peu de conducteurs de couleur. Il y a un coût d'entrée élevé dans notre sport, donc nos pilotes ne sont pas non plus au bas de l'échelle des revenus.

Changer cela prendra du temps, mais nous commençons à construire des échelles pour devenir un pilote de Formule E qui permettra plus de diversité.

Une chose amusante que nous faisons en gardant à l'esprit la diversité et l'inclusion est de lancer un appel ouvert à de nouveaux commentateurs de course. Tout le monde est libre de postuler et oui, nous espérons avoir des femmes annonceurs, ainsi que des personnes d'horizons divers.

Sur «S» ou sur le front social, nous avons conclu un partenariat avec l'UNICEF lorsque COVID a frappé. L’objectif à long terme de la Formule E est d’aider les générations futures à faire la différence en créant un avenir meilleur. À court terme, nos dons ont fait en sorte que les enfants des régions défavorisées du monde entier aient accès à l'école, soient en sécurité à la maison et aient la chance de jouer.

Enfin, sur l'environnement, la Formule E la saison dernière a atteint zéro émission nette de carbone pour l'intégralité de nos six premières saisons…

GSB:… Cela sonne bien mais qu'est-ce que cela signifie exactement?

Julia: Nous avons acheté des crédits de carbone de qualité supérieure pour compenser toutes les émissions de carbone des saisons un à six, combinées. Les crédits soutiennent la production d'énergie renouvelable et sont liés à des projets dans les pays dans lesquels nous courons ou dans lesquels nous avons couru dans le passé.

La Formule E pense qu'il y aura des avantages sociaux en plus des avantages environnementaux à passer à zéro émission de carbone. Les investissements dans les énergies renouvelables amélioreront les économies locales, ce qui profitera aux communautés locales.

GSB: Comment la Formule E connaît-elle ses émissions de carbone depuis la première année?

Julia: Nous mesurons nos émissions depuis le tout début, en utilisant l'analyse du cycle de vie pour suivre tous nos impacts.

En plus de mesurer, nous avons travaillé dur sur tous les aspects de notre entreprise pour réduire nos émissions. La Formule E a fait de grands progrès dans le recyclage des cellules de batterie, l'élimination progressive des plastiques usagés ou la réduction et le recyclage des déchets lors d'événements.

Et puis nous compensons ce que nous ne pouvons ni réduire ni éliminer.

GSB: Les compensations en dernier recours ont du sens. Mais je dois croire qu'il existe encore des moyens pour la Formule E de réduire les émissions. Ai-je raison? Et si oui, quel est le plus gros pot d'émissions qui peut être réduit?

Julia: Oh, tu as absolument raison, Lew. Nous ne sommes pas à la fin du jeu de la réduction. En fait, notre PDG y a publiquement engagé la Formule E, en s'alignant sur des objectifs scientifiques, en réduisant les émissions de 50% d'ici 2030.

À l'heure actuelle, le fret représente le plus gros réservoir d'émissions de Formule E avec environ 70%. Ainsi, mon collègue logistique et moi travaillons avec DHL pour développer et mettre en œuvre un fret plus durable pour la Formule E et nos équipes.

GSB: J'ai hâte de voir ce que vous proposez. Une question sur les véhicules électriques de Formule E. Comment les batteries sont-elles chargées?

Julia: Notre intention a toujours été de recharger les voitures avec une énergie 100% renouvelable. Au cours des premières saisons, nous utilisions une technologie innovante pour cela, mais nous nous sommes heurtés à des problèmes d'évolutivité. Pour la saison 7, toutes les recharges de voitures seront effectuées avec de l'énergie renouvelable, la source variera en fonction de l'emplacement.

Dans certains endroits, nous devons parfois utiliser des générateurs parce qu’il n’y a pas assez d’énergie renouvelable disponible sur le réseau. Dans ces cas, nous utilisons des générateurs de biocarburant à l'huile végétale hydronée (HVO) au lieu du diesel. Il s’agit essentiellement d’huile de cuisson usagée – c’est formidable car elle peut entrer dans n’importe quel générateur.

GSB: Cela semble être une excellente option. J'espère que c'est quelque chose qui peut évoluer. Passons à notre dernier sujet – Extreme E, votre série tout-terrain tout électrique. Qu'Est-ce que c'est? Comment cela fonctionnera-t-il?

Julia: Les courses de Formule E se déroulent dans les villes. Mais nous avons également pour objectif de faire progresser la mobilité électrique en dehors des zones urbaines. Nous allons donc tout-terrain avec des VUS entièrement électriques. Et pensez-y: les SUV sont les véhicules les plus rentables, les plus demandés et les plus polluants au monde. Nous voulons présenter une alternative propre aux acheteurs de voitures. L'opportunité, à la fois en termes d'audience et d'impact, est énorme!

La première saison comportera cinq courses. Il y aura dix équipes de deux pilotes. Chaque voiture aura un homme et une femme. Et le circuit voyagera de course en course en bateau pour éviter les émissions liées à l'air.

GSB: Utilisez-vous un bateau électrique?

Julia: Pas encore. Nous avons un ancien cargo de passagers Royal Mail que nous modernisons. Ce n’est pas encore électrifiable. Mais nous passons à un moteur plus efficace et nous remettons à neuf de nombreuses autres fonctionnalités pour réduire ses émissions et la rendre aussi efficace que possible.

GSB: Quand l'Extreme E commencera-t-il et où auront lieu les cinq courses?

Julia: Eh bien, le calendrier des courses est toujours en cours de finalisation et COVID aura un impact. Les emplacements se trouvent dans cinq environnements différents, mettant en évidence cinq impacts différents du changement climatique.

  1. Le Groenland et la fonte des glaces
  2. L'Amazonie et la déforestation, la perte d'espèces
  3. Dakar, Sénégal et élévation du niveau de la mer, déchets plastiques
  4. Montagne Localisation à déterminer et glacier, perte de neige.
  5. L'Arabie saoudite et la désertification

post image
La voiture ODYSSEY 21 d'Extreme E subit des tests au Château de Lastours (Crédit photo: Charly Lopez / Extreme E)

GSB: WOW! Extreme E est tout simplement génial. Quels médias diffuseront les courses?

Julia: Merci! Fox Sports, Discovery et Motortrend le diffuseront aux États-Unis et d'autres points de vente le diffuseront dans d'autres pays. Nous diffuserons en direct les courses de plusieurs jours dans les cinq endroits. Ce sera un produit poli.

Nous aurons également une série de soutien complète sur nos chaînes YouTube et sociales. Ils couvriront les histoires sur et en dehors de la piste de course, et nous explorons actuellement des opportunités de documentaires passionnantes, alors restez à l'écoute.

GSB: J'ai hâte de le découvrir!

Photo en haut: Antonio Félix da Costa, du Portugal, a remporté le championnat de la saison 2020 du championnat de Formule E pour l'équipe chinoise DS Decheetah (Crédit photo: Formule E)


Veuillez commenter ci-dessous!
Écrivez-nous: lew@greensportsblog.com
Ami nous sur Facebook: https://facebook.com/greensportsblog
Tweetez-nous @GreenSportsBlog
Suivez-nous sur Instagram: GreenSportsBlogger
#ClimateComeback